Page d'accueil » Solidarités » Epicerie sociale » Les combats de Savigny contre la pauvreté
Les combats de Savigny contre la pauvreté

Selon l’Observatoire des Inégalités, le seuil de pauvreté en Essonne se situait l’an passé à 681 euros (contre 954 euros au plan national). Le calcul de ce seuil est évalué à hauteur de 60 % du revenu médian. En 2011, près de 8 % des Essonniens vivaient sous ce seuil et près de 6 % auraient eu recours à l’aide des associations caritatives.

A Savigny, l’épicerie sociale a permis ainsi à 1410 Saviniens de pouvoir acheter des denrées de première nécessité à des prix cassés. Ce nombre représente 3,73% des habitants et une personne sur 25. Sur ces 1410 personnes, 5% avaient moins de 25 ans, 91 % avaient entre 25 et 60 ans et 4 % avaient plus de 60 ans. Au total 45 % des personnes accueillies sont des familles monoparentales, 23 % des personnes seules, 27 % des couples avec enfants et 4 % des couples sans enfants, 30 % de personnes seules et 30 % de familles monoparentales.

L’épicerie sociale, présidée par Madame Goninet et Monsieur Courtin, regroupe une équipe d’une trentaine de bénévoles. Une commission se réunit tous les quinze jours pour étudier les dossiers que lui donnent le CCAS et les assistantes sociales. L’épicerie sociale se fournit en aliments périssables auprès des grandes surfaces locales et auprès de la banque alimentaire qui revend à très bas coûts les surplus européens. « Pour la plupart des aliments, ceux-ci seraient détruits si nous ne venions les chercher, précise Daniel Courtin. Ce sont des denrées dont la date de péremption est proche mais ils sont toujours sains. » Les bénéficiaires payent le dixième de la valeur des produits.

Les produits vendus sont essentiellement alimentaires : produits non périssables, légumes et fruits frais. Mais il y a aussi des produits hygiéniques comme des couches pour bébé voire des jouets en période de Noël. « Le rôle du personnel de l’épicerie sociale reste très important, souligne l’un des bénéficiaires, Arnaud. Nous y arrivons l’humeur en berne et ce contact humain, cet accueil chaleureux, nous permettent de repartir avec un meilleur moral. » Rappelons enfin que l’épicerie sociale est financée par la Ville de Savigny à hauteur de 53 000 euros - dont 29 000 euros de frais de fonctionnement - et par le Conseil Général pour 12 900 euros. Durant cette période où la crise économique fragilise les plus faibles, la ville de Savigny reste présente pour les aider et les soutenir.